Madagascar : Société sans Loi

Publié le par La Rédac'

Toute Société a toujours une loi qui la régit. Cette loi est dénommée Constitution ou Loi fondamentale pour un Etat républicain.

Actuellement, la HAT a considéré la Constitution de la IIIème République pour nommer son chef du gouvernement, étant entendu, après avoir abrogé la Charte de la Transition et les autres textes y afférents.

La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) est gardienne de toute constitution ou censée l'être. Pour l'AMPDHP, la HAT n'est pas une Institution stipulée dans la Constitution. Pourquoi la HCC a-t-elle procédé à l'investiture du Président de la HAT en mars 2009 ?

Le Président de la HAT a abrogé la Charte de la Transition. Pourquoi la HCC ne donne-t-elle pas son avis ?

Le Premier Ministre de consensus, mis en place par la Charte de Maputo qui, en principe, est la Constitution de la Transition, a saisi le Conseil d'Etat. Il ne peut en principe le faire qu'en vertu de cette Constitution (Charte de Maputo pour la Transition à Madagascar) qui, par ailleurs, a été abrogée unilatéralement par le Président de la HAT. Quel est l'avis de la HCC sur cette question ?

L'AMPDHP pose donc la question suivante : quelle est donc la Loi fondamentale qui régit la Société Malagasy pour que le respect des droits et libertés fondamentaux soit constamment garanti ?

Si on n'arrive pas à définir une loi fondamentale acceptée qui régit la situation actuelle afin de mettre les lois subsidiaires, Madagascar va inexorablement vers un gouffre profond.

Si une élection sans loi fondamentale est prise pour solutionner la crise actuelle, à qui profiterait le résultat ? Est-ce que le peuple malagasy mérite tout cela ?

Commenter cet article