Madagascar : Le dialogue en faveur

Publié le par La Rédac'

Depuis le début de la crise et surtout à travers ses articles, l'AMPDHP a toujours prôné la non violence et en particulier l'encouragement des protagonistes à favoriser le dialogue.

Au stade où se trouve la situation économique et sociale de Madagascar actuellement, l'AMPDHP se demande si les parties protagonistes pensent consciencieusement à l'intérêt de la nation et celui du peuple.

Cette question se pose parce que, vu les positions sur lesquelles campent les parties jusqu'à ce jour, tous semblent prêts à l'affrontement.

L'histoire du Gouvernement Malagasy depuis le retour à l'indépendance a en effet eu à sa tête quelques militaires. Mais pour la première fois, le tour des casernes a été fait par un militaire, Premier Ministre. Pourquoi ? Comme on a pu le voir dans les médias, c'est pour mettre en garde les militaires face à la SADC. Est-ce pour l'intérêt de la population ?

Est-ce une mesure vers la sérénité du moins ? N'est-ce pas plutôt une incitation à un conflit ?

Vu le comportement du Chef du Gouvernement, est-ce la personne indiquée pour favoriser le dialogue, le consensus, l'inclusion ?

De l'autre côté, et pour certains membres de la SADC et du COMESA, l'option militaire semble faire son chemin  parmi les mesures à prendre pour le cas malgache. Tout paraît vers une logique d'affrontement et d'intolérance.

C'est pourquoi l'AMPDHP a préconisé le Collectif des Sages Nationaux pour la conduite de la Transition et nous réitérons la même structure pour favoriser et médier le dialogue. Cela parce que les parties protagonistes campent chacune sur des positions opposées. Positions qui ne favorisent plus le peuple et la sécurité nationale.

Commenter cet article