Madagascar : l'impunité et l'Etat de droit

Publié le par La Rédac'

Depuis l'accentuation de la crise à Madagascar due au refus de consensus, nul n'est sans entendre que beaucoup parlent de culture d'impunité.

La HAT, de son côté, persiste à avancer avec son illégitimité, bravant tout ordre établi.

A la compréhension de l'AMPDHP, l'impunité commence par l'abus d'autorité, l'inobservation de la loi et le manque d'éthique. Ensemble, ces éléments négatifs contribuent en grande part à "l'effacement" de l'ordre établi.

Dans le sens de la République et de l'Etat, ordre établi veut dire : autodétermination transformée en terme légal, la Constitution. En clair, ordre établi = Constitution.

La Constitution ne permet en aucun cas un pouvoir de facto. Dans le cas de Madagascar, le pouvoir de facto de la HAT a déraciné l'ordre établi et c'est pourquoi elle-même et certains s'efforcent à évoluer vers un nouvel ordre constitutionnel dit IVème République.

La HAT reconnait de fait, par sa volonté d'aller vers un nouvel ordre constitutionnel, qu'elle est le "tombeur" de l'ancien ordre établi.

Sans consensus accepté de tous, comment la HAT peut-elle édifier un ordre constitutionnel fondé sur la Démocratie comme elle prétend vouloir mettre en place ? A moins d'un dialogue pour une Transition consensuelle et acceptée, nul ordre constitutionnel basé sur la démocratie ne pourra être crédible.

Pour l'AMPDHP, dans tous les cas d'espèces, tant que les dirigeants, les hauts employés de l'Etat et toutes les hiérarchies de responsabilités publiques n'observent pas les lois (donc l'Etat de droit), abusent de leurs statuts respectifs et manquent d'éthique, l'impunité reste de facto.

Tant que la HAT et ses sympathisants persistent à avancer sans "convention consensuelle et acceptée", elle reste de facto. Donc, reste "tombeur" de l'Etat de droit et de la Démocratie ainsi que les droits et libertés fondamentaux.

La HAT reste responsable de la crise et nous sommes en mesure d'affirmer qu'elle et ses partisans sont responsables de la dégradation économique et sociale du peuple et des relations internationales.

La HAT et ses partisans pratiquent la culture d'impunit
é vu les effets néfastes engendrés par la gouvernance sans éthique et sans légalité appliquée à Madagascar.



Commenter cet article