Les Droits du peuple bafoués à Madagascar

Publié le par La Rédac'

Le régime d'un Etat est défini dans une loi fondamentale qu'on connait universellement sous la dénomination : CONSTITUTION. La Constitution est liée par les Droits de l'Homme. Le processus électoral est exprimé dans la Constitution. Le code électoral ou loi électorale articule les dispositions basées sur cette expression constitutionnelles sans dérive aucune.

Ayant entendu la décision prise par le Président de la HAT le 16/12/09 lors de sa déclaration émise sur les antennes nationales (TVM, RNM) vers 20 heures, l'AMPDHP pose les questions suivantes :

- Quand est-ce qu'une consultation populaire a été effectuée pour un régime parlementaire ?

- Quel est le numéro et la date de la loi constitutionnelle soumise à cette consultation populaire ?

- Le nouveau code électoral que le Président de la HAT va promulguer par ordonnance sera édifié à partir de quelle Constitution ?

- Pourquoi une élection législative sans Constitution ?

- De quelle façon et par quelle base légale une Assemblée Constituante peut-elle continuer à être une Institution de la République ?

- Si, par forceps, le scrutin du 20 mars 2010 s'effectue, le peuple exerce-t-il légitimement ses droits ?

- Les observateurs étrangers viendront-ils vraiment ?

- Dans quelle mesure seront traités les droits et libertés des citoyens qui contestent la décision sur l'élection du 20 mars 2010 ? Et ceux qui boycottent le scrutin ?

L'AMPDHP maintient que la décision unilatérale et personnelle du 16 décembre 2009 sur le changement de régime et le scrutin du 20 mars 2010 est prise au détriment des droits de l'homme et du peuple. Elle est en violation manifeste du droit international sur les droits de l'homme et l'auto-détermination.



Commenter cet article

le nain 20/12/2009 10:22


le + étonnant c'est qu'au sein de la classe politique, personne ne semble avoir interpellé le public sur ces questions pourtant essentielles. Comme si l'organisation d'un scrutin par un putchiste
non élu leur semble "normal". Il est évident qu'on souhaite tous sortir de la crise mais pas de cette manière !!!