Conduite éthique et légale à Madagascar

Publié le par La Rédac'


L'AMPDHP, dans son article du 22/12/09, avait prévenu l'escalade et les surenchères, tandis que celui du 25/12/09 avait proposé un Collectif des Sages Nationaux qui conduirait la Transition à Madagascar.

La proposition de l'AMPDHP repose sur des valeurs acquises du fait de la mise en place de ce Collectif des Sages :
- le Fihavanana ;
- l'Unité nationale ;
- la non-discrimination ;
- l'éthique des sages malagasy, notamment celle des chefs coutumiers et traditionnels.

L'évènement qui s'est produit au sein de l'Armée dans la nuit du 27/12/09 interpelle encore une fois les Forces Armées et la Police à être sincère face au peuple à l'endroit duquel elles ont obligations et devoirs de défendre dans l'observation stricte de la Conduite éthique et légale.

Ainsi, par le biais du présent blog, l'AMPDHP rappelle les aspects généraux auxquels contribue la Conduite éthique et légale qui repose sur :
- le respect de la loi ;
- le resoect de la dignité de la personne humaine ;
- le respect des droits de l'homme

et qui sont des principes fondamentaux.

La Conduite éthique et légale dispose de huit (8) articles qui présentent les aspects généraux et spécifiques suivants :

- l'article premier prévoit que les responsables de l'application des lois (forces publiques, armées, police, magistrats, etc.) s'acquittent du devoir que leur impose la loi.
- l'article 2 dispose qu'ils doivent respecter la dignité humaine et les droits de l'homme.
- l'article 3 prévoit que le recours à la force et à l'utilisation des armes à feu n'est opportun que lorsque cela est strictement nécessaire, dans la mesure exigée par l'accomplissement de leurs fonctions.
- l'article 5 proclame l'interdiction absolue de la torture et de tout autre mauvais traitement.
- l'article 6 leur impose l'obligation de veiller à ce que la santé des personnes dont ils ont en garde soit pleinement protégée.
- l'article 7 leur interdit la commission d'actes de corruption.
- l'article 8 prévoit le respect des lois et du Code de Conduite par les responsables de l'application des lois.

Le présent billet prend référence sur la Série sur la Formation professionnelle n°5 du Haut Commissariat aux droits de l'homme.

Enfin, l'AMPDHP rappelle que, faute d'alternance démocratique pour la prise de pouvoir et faute de consensus pour l'instauration d'une Transition neutre, inclusive (donc acceptée), il n'est possible d'avoir une éthique politique admissible que par l'adoption de la forme de structure que nous avions préconisée le 25/12/09.

L'absence actuelle constatée de toute éthique politique et de toute éthique militaire fait courir un grave danger à toute démocratie, au respect des droits de l'homme et donc à la Nation toute entière, menacée dans son unité et dans son intégrité (souveraineté).


Commenter cet article